ARCHITECTES


Hospices CHUV

une symbiose :
Un nouveau monde, et un ancien, sans rupture et totalement autre, vivent en symbiose.
L’un et l’autre se redéfinissent et dialoguent par leur architecture, leurs proportions en sympathie, les espaces communs qui les réunissent.
une implantation :
Combiner, façonner, composer avec l’existant pour exprimer l’unité de fonctionnement. Un assemblage de volume qui définit l’espace de l’entrée ; une configuration spatiale qui crée des liens directes avec l’extérieur, des possibilités de contacts avec la nature environnante.
une architecture :
Un langage architectural qui s’exprime par un travail plastique, qui joue avec la gravité pour tisser des liens avec le bâtiment existant : sculpter le nouveau volume, se calquer sur des hauteurs, imiter des alignements, libérer des vues, créer des surprises.
Nouer, imbriquer pour la fluidité entre les espaces contemporains vastes et calmes, et ceux d’hier plus modestes. La recherche d’une conjugaison d’espaces riches et simples, qui offrent des repères visuels ; pour un usage simple et événementiel des espaces communs.
Chambres, couloirs, séjours etc… bénéficient de la lumière naturelle. L’étroitesse du bâtiment, sa compacité laisse présager des effets de lumière tout en nuance. Les chambres profitent des reflets verts produits par le feuillage des arbres. Les séjours et les espaces de circulation bénéficient des ouvertures aménagées sur le Alpes ou sur le parvis de l’entrée.
la flexibilité d’utilisation des espaces est facilité par les murs porteurs en façade ; ces derniers permettent avec aisance tous changements d’affectation et d’adaptation dans le futur

procédure : concours
volume : 9’000 m3
surface de plancher : 2’000 m2
coût de construction : 7 Mio
planning : 2003
maître d’ouvrage : Etat de Vaud - Hospices CHUV
team : Michel Egger, Eric Ott, Christian Frischknecht