ARCHITECTES


Pont routier

Comment habité ce monde à la fois terrien et aérien, comment utiliser cet espace dynamique, cette dimension qui relie deux rives et vit par-dessus les toits d'une partie de la ville ?

A cette question nous avons répondu par un équilibre de masses, un 'arc-en-ciel' lancé sur l'abîme, un pied sur chaque bord qui répond à l'asymétrie bâtie du lieu.

Le pont parle avec la terre et l'air, raconte un poème qui rassemble forme géométrique pure et adaptation au contexte. Il joue sans vergogne dans le soleil et déploie une liaison verticale avec le plateau inférieur de la ville; de l'urbain théâtral ou l’usager fait partie du décor, se suspend avec l'arc dans le vide, cette dentelle de presque rien qui rejoint le contrebas.

Il s'agit ici de se soucier à la fois d’un certain pragmatisme, de la gravité mais aussi de l'homme. Au confort du trafic se superpose la complicité de la vie, l'adaptation à l'infini des besoins du piéton; nous avons cherché à ce que ce pont dépasse un simple lyrisme et esthétisme fonctionnel, qu'il tende la main vers plus de surprise, qu'il se modèle de manière à ce qu'il devienne la demeure de chacun.


procédure : concours
team : Eric Ott, Michel Egger, Michael Desaules, David Martinez, Gilles Batista, Pauline Chevrier, Axel Burkhard
collaboration : GVH ingénieurs